points cléatelierscas typepublicationscontact
Optimiser votre implantation


Eau de pluie

L’eau de pluie est une ressource particulièrement importante qui peut être valorisée en agriculture pour :
le nettoyage;
l’approvisionnement du pulvérisateu;r
l’alimentation des animaux;
l’alimentation en eaux des installations domestiques non destinées à l’alimentation humaine;
l’irrigation des productions agricole (hors sol et espaces verts par exemple).

Le stokage
On peut s’inspirer de l’arrêté du 21 aout 2008 qui définit et rappelle certaines règles en matière de :
- collecte sur toiture;
- filtration;
- stockage en cuve opaque;
- utilisation autre que l’alimentation humaine.
Rappel : On a la possibilité d’alimenter en eau les animaux si le stockage est enterré afin de conserver l’eau à une température basse nécessaire pour éviter le développement de micro organismes qui peuvent nuire à la sante de l’élevage.

La filtration
L’eau doit être débarrassée de toutes parties organiques recueillies sur les toitures par :
La filtration avant le stockage avec un filtre autonettoyant installe sur le collecteur des eaux du toit. La taille des mailles ne doit pas être supérieure à 0,28 mm.
Evacuation vers le pluvial du sur-flottant de la cuve.
Oxygénation de l’eau stockée en conduisant l’eau à son arrivée vers le fond de la cuve afin de faire sédimenter les matières fines en suspension.

L’utilisation
Compte tenu de son caractère non potable cette source en eau doit être réservée à des utilisations non alimentaires :
lavage du matériel et des sols;
l’approvisionnement du pulvérisateur;
les points d’eau d’appoint mais identifies comme alimentes avec de l’eau non potable;
les toilettes.
L’alimentation des animaux est envisageable si l’eau est stockée dans une cuve opaque et maintenue à une température basse pour préserver sa qualité bactériologique.

Quelle capacité de stokage
Il est utopique de rechercher une autonomie totale sauf si l’eau des toitures est la seule ressource disponible.
On estime qu’une autonomie de 70% est un objectif réaliste techniquement et financièrement.
Le stockage, s’il est insuffisant, peut être complèté par un raccordement à une autre ressource en eau disponible (réseau, puits…). Dans cette situation, on doit veiller à ce que les eaux ne se mélangent pas ailleurs que dans la cuve de stockage (cette précaution peut aller jusqu’à envisager deux circuits d’alimentation en eau indépendant et non connectable entre eux).


Orientation


L’orientation et le positionnement de l’ensemble pourra intégrer trois grands contraintes :
la marche en avant du pulvérisateur. Pour venir se positionner sur le poste de remplissage, l’ensemble tracteur + pulvé doit venir se garer en marche avant et repartir dans le même sens. Dans tous les cas, il vaut mieux éviter de devoir réaliser des manœuvres fastidieuses.
Ne pas oublier que le raccord pompier du pulvé et le bac incorporateur se situent bien souvent à gauche du pulvé. De ce fait, tous les postes de remplissages sont réalisés afin que la ressource en eau soit disposée à gauche du pulvé.

la dalle ne doit pas se situer sur une zone de passage. Il ne faut pas par exemple devoir déplacer le pulvé pendant son remplissage pour laisser passer un autre engin agricole/ ce qui se produit si la dalle se situe sur un chemin d’accès principal à l’exploitation.

le système de traitement le plus courant en Picardie reste le système de traitement par Phytobac®. De ce fait, il ne faut pas oublier que l’atelier doit être disposé afin que le Phytobac puisse avoir le maximum d’ensoleillement et de ventilation. On s’interdira donc de le positionner aux façades nord des bâtiments, jamais sous un autre bâtiment. Mais plus généralement, il faut essayer de l’exposer au SUD – SUD/OUEST.

La manipulation de produits phytosanitaire dégage des poussières et des vapeurs dangereuses. Lorsque cela est possible, exposez le poste de remplissage au vent dominant.

De façon générale, il convient de disposer ces dalles en retrait des cours de ferme. Cela permet de l’éloigner de la maison d’habitation mais aussi, le manipulateur est moins perturbé par les visites inopinées, source d’erreur de manipulation.
Ces dalles doivent être faciles d’accès. La tentation est souvent grande de profiter de ces dalles pour « bétonner la cour ». Si une dalle de lavage peut rester quelques temps sale, il n’en est pas de même pour la zone de remplissage du pulvé, puisqu’il faut dans tous les cas interdire le mélange de terre et de produits phytosanitaires.
De ce fait, bien souvent ces dalles sont en retrait des zones de passages des engins. On évitera de les disposer au travers d’une entrée d’hangar, d’une cour.




Création graphique : tri-angles.com

Avec la contribution financière du compte d'affectation spéciale "développement
agricole et rural" du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche